Armelle Huet naturopathe
Santé

La thyroïde, les solutions naturelles

Après le diabète, la thyroïde est le dérèglement hormonal le plus fréquent. Les dérèglements de la thyroïde affectent plus de 200 millions de personnes à travers le monde.
Environ 10 % de la population âgée souffre d’hypothyroïdie. Les femmes sont nettement plus touchées que les hommes par les troubles de la glande thyroïde : hypothyroïdie, hyperthyroïdie, maladie d’Hashimoto, de Basedow. Avec des conséquences lourdes : traitement hormonal substitutif à vie, irradiation de la thyroïde, ablation…

Qu’est ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande en forme de papillon située au niveau de la gorge qui a de nombreuses fonctions sur notre métabolisme :

  • adaptation avec régulation de la température interne : la thyroïde fonctionne plus en hiver
  • action sur les organes et tissus dont cœur, reins, sang…
  • développement de la peau et des phanères
  • contrôle du métabolisme : réglage de l’utilisation des lipides, protéines et glucides
  • croissance et maintien de la masse osseuse (chez l’enfant)
  • développement et activité du système nerveux central (chez le fœtus)
Related image

Son fonctionnement

L’Hypophyse sécrète de la TSH et vient stimuler la thyroïde afin qu’elle puisse produise de la T4 qui est l’hormone de stockage, qui sera transformée en T3, la forme active, dans les tissus périphériques (principalement le foie et les reins).

Cette synthèse requiert des « matériaux de construction » spécifiques qui sont apportés par l’alimentation : l’iode et la tyrosine (issue des protéines). Les carences en iode sont aujourd’hui extrêmement fréquentes même si on mange poissons et crustacés.

Les différentes étapes de la production de ces hormones nécessitent des co-facteurs : sélénium, fer, zinc, magnésium, cuivre, vitamines A, C et E… Ces micronutriments sont donc indispensables au bon fonctionnement de la glande et doivent être apportés par l’alimentation.

Il existe ensuite un « rétro-contrôle » avertissant l’hypophyse de freiner sa production de TSH lorsque celle-ci est suffisante : la T3 reverse.

Les causes d’un dysfonctionnement thyroïdiens ?

Beaucoup de causes sont à l’origine d’un problème de thyroïde :

  • Stress, excès de cortisol
  • Obésité et diabète
  • Fragilité rénale ou hépatique
  • Jeûne régime hypocalorique ou régime hyper protéiné
  • Excès de caféine alcool tabac boissons light
  • Médicaments :béta bloquants, certains antibiotiques, anti-inflammatoires..
  • Hyperoestrogénie ou médicaments avec œstrogènes pilule, traitement substitutif hormonal
  • Déficit en iode, sélénium, zinc, magnésium, vit D, B12
  • Polymorphisme génétique
  • Dysbiose intestinale
  • Résistance à l’insuline :  l’insuline imite les actions des hormones thyroïdiennes dans certains tissus du corps, ce qui diminue la production d’hormones thyroïdiennes. 
  • Tabac
  • Inflammation. Les cytokines inflammatoires diminuent à la fois la TSH T4 et T3.
  • Perturbateurs endocriniens (glyphosate, parabènes, triclosan, phtalates…) qui sont susceptibles de dérégler la thyroïde. Ainsi, entre un tiers et la moitié des pesticides utilisés en agriculture se porteraient en perturbateurs endocriniens. Aussi les métaux lourds, fluor

Comment doser la thyroïde ?

Les normes laboratoires pour la TSH est de 4 mUI/L et on ne va pas chercher plus loin même si de nombreux signes cliniques évoquent une thyroïde qui faiblit. En naturopathie, on considère que la thyroïde est en « sur-régime » lorsque la TSH dépasse 1.5 mUI/L et en « sous-régime » si on est en deçà de 0.4 mUI/L. Ce qui constitue une fourchette bien plus limitée qu’en médecine générale et on peut alors agir en prévention.

Idem pour les valeurs de T4 et T3 qui doivent être dans les normes santé surtout en présence de signes cliniques. Les normes santé sont différentes des normes labo établies à partir de statistiques.

La plupart des médicaments proposés des traitements à base de T4 synthétiques comme le Levothyrox, Euthyrox, l-thyroxine etc…Or la forme active étant la T3, les symptômes peuvent continuer à perdurer si la conversion de T4 en T3 ne se fait pas bien ou si la T4 est détournée en T3 reverse. Seuls des dosages pourront permettre de mieux comprendre la situation.

Par ailleurs, lorsqu’une hyper ou une hypothyroïdie est diagnostiquée, le médecin pourra compléter le bilan par la recherche d’anticorps antithyroïdiens pour aider à déterminer l’origine de la maladie, notamment rechercher une cause auto-immune : anticorps antithyroperoxydase (anti-TPO), anticorps anti-thyroglobuline (anti-Tg), anticorps anti-récepteur de la TSH.

L’hypothyroïdie

Quand la TSH trop élevée et que T3 et T4 sont inférieures à la normale on peut parler d’hypothyroïdie. Elle se manifeste par un ralentissement de tous les métabolismes.

Quand la TSH est élevée mais que la T4 est correcte et qu’on a des signes d’hypothyroïdie on parle d’hypothyroïdie frustre.

Cependant, même si les taux sont dans les normes et qu’il y a suffisamment de symptômes, il est possible que la T3 n’arrive pas à pénétrer la cellule par manque de cortisol ou vitamine D.

Les principaux signes sont : 

  • Épuisement, troubles du sommeil, état dépressif, mouvements lents
  • Chute des facultés intellectuelles, baisse de concentration et mémoire
  • Difficulté à gérer son poids malgré une prise alimentaire inchangée
  • Frilosité excessive, température corporelle basse
  • Douleurs de règles, perturbation du cycle, fausses couches
  • Ralentissements de la fonction intestinale, du cœur, hypotonie
  • Mauvais fonctionnement pancréatique
  • Peau sèche, cheveux secs et cassants
  • Œdèmes du visage
  • Crampes musculaires, douleurs ligamentaires
  • Canal carpien suite aux œdèmes des mains et des poignets
  • Système immunitaire affaibli, d’où infections récurrentes
  • Baisse de l’audition et de la vision
  • Migraines …

En cas d’hyperthyroïdie

Ainsi, le fonctionnement de la thyroïde est vital. Cependant, si certaines solutions de naturopathie peuvent aider à soulager certains maux, elles ne remplacent pas une consultation médicale auprès d’un endocrinologue ou un médecin.

L’hyperthyroïdie désigne une hyperactivité de la glande thyroïde. Cette dernière va produire trop de thyroxine, ce qui  se traduit par la présence de taux élevés de T4 et T3 dans le sang. et une TSH basse. La thyroxine supplémentaire entraine une accélération de nombreuses fonctions de l’organisme et donc du métabolisme.

Les différents signes de l’hyperthyroïdie sont :

  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Transit accéléré
  • Anxiété
  • Perte de poids
  • Difficulté à s’endormir, insomnie
  • Sensibilité à la lumière
  • Exophtalmie 
  • Sueur, coups de chaud
  • Tremblements des mains…
Stress

Les solutions en naturopathie

Cependant, il est possible de réguler ses dysfonctionnements grâce à la naturopathie. Bien souvent en complément avec le traitement tel que le lévothyrox dans le but de réduire le dosage. Et parfois avant la médication pour trouver une alternative naturelle.

Pour cela, il est important d’avoir des conseils personnalisés par exemple :

  • l’alimentation : non inflammatoire bio et de qualité avec des protéines de qualités, des bons corps gras. ll faudra limiter les excitants, le soja non fermenté, les crucifères en excès si la thyroïde est au ralenti
  • la gestion du stress : cohérence cardiaque, méditation, réflexologie, massage, un bon sommeil, activité physique…
  • l’équilibre hormonal
  • le soutien du foie qui participe à une bonne conversion de la T4 et T3
  • une flore intestinale de qualité pour une bonne assimilation des vitamines et minéraux et éviter l’inflammation
  • Oligo éléments : iode et sélénium (interdits si hyperthyroïdie ou maladie Hashimoto ou Basedow) zinc, fer, sélénium, magnésium
  • Vitamines : A, D, B6, B12
  • Plantes : ashwagandha, gugul, lycope d’Europe, mélisse, valériane, aubépine
  • Huiles essentielles : myrte vert, clou de girofle
  • Oméga 3
  • Limiter les perturbateurs endocrinien en filtrant l’eau, utilisant du matériel de cuisine sans PFC, des produits cosmétique et pour la maison bio et naturels

Dans le cadre des maladies auto-immunes Hashimoto ou Basedow, la suppression des aliments inflammatoires comme le gluten moderne et les produits laitiers permettent souvent une amélioration des symptômes.

Ces recommandations ne se substituent en aucun cas aux conseils de votre médecin.

Armelle HUET Naturopathe – Versailles

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. […] soit pour des personnes fatiguées ou en convalescence, des végétariens, ayant des soucis de thyroïde, d’articulations ou pour combler des carences. C’est pour moi un des meilleur « super […]