Le sevrage tabagique par la méthode Chiapi

La méthode Chiapi

Présentation

La méthode Chiapi est une méthode de sevrage des addictions (tabac, alcool…) issue de la Médecine Traditionnelle Chinoise par de l’acupuncture. Elle consiste à piquer deux points d’acupuncture situés sur les faces latérales du nez. Ils correspondent aux points n°10 de la rhinofaciopuncture et à la stimulation de la vésicule biliaire.

La méthode Chiapi élimine le besoin de fumer dès la 1ère séance dans 80% des cas et dans 90% des cas au moins avec une deuxième séance.

Les effets

Comme on l’a dit, une seule séance suffit pour la majorité des fumeurs traités. Mais ces derniers doivent impérativement renoncer à tout contact avec la nicotine : ne plus fumer, faute de quoi, le poison regagne directement le système nerveux et l’addiction recommence insidieusement à s’installer…

Tout se passe comme si on appuyait sur un interrupteur qui couperait le circuit de la dépendance tabagique. Le besoin étant supprimé, on ne ressent pas les symptômes de manque difficiles à supporter et habituellement responsables d’une grande majorité des rechutes. Cette méthode exerçant une désintoxication pure et simple, l’ex-fumeur ne ressent ni énervement, ni obsession ni phénomènes de compensation par la nourriture ou l’alcool, évitant ainsi la plupart des inconvénients du sevrage, dont notamment la prise de poids.

Différencier manque et envie

La méthode Chiapi élimine le manque, c’est-à-dire le besoin de nicotine mais elle n’ôte pas la totalité des envies.
Le manque : il est dû au besoin de nicotine et se traduit par de l’énervement, de l’irritabilité, de l’impatience. La personne en manque se dit être comme « un lion en cage ».
L’envie : elle est produite par l’habitude de consommer et de se comporter avec la cigarette et peut être comparée à un caprice « Tiens, je m’en fumerais bien une » comme on pourrait se faire plaisir avec un morceau de chocolat ou un café.

Le fait que l’acupuncture élimine le manque, le sujet ne ressent ni énervement, ni obsession, ni perturbation, et par conséquent connaîtra aucune difficulté, ou très mineure, vis-à-vis de la tentation, de l’habitude ou du geste.

Pour couper l’envie, il faudra impérativement changer certaines habitudes de votre quotidien : alimentation, activité physique, plantes, fleurs de Bach. En tant que naturopathe, j’apporte également ces conseils pour que tout se passe bien et sereinement.

La séance

On insère une aiguille de chaque côté du nez. La piqûre procure tout au plus une sensation désagréable mais non douloureuse, un peu comme lorsque l’on respire une rose de trop près ou lorsque l’on est piqué par un moustique. Les aiguilles restent posées durant environ 15 minutes puis, pour renforcer la stimulation du point, sont stimulées manuellement durant 3 à 5 secondes avant d’être enlevées. Cette manœuvre, en apparence simple, nécessite une formation courte et un entraînement à minima des professionnels de santé non acupuncteurs.

Pour qui ?

N’ayant aucune contre-indication (ni même la grossesse), cette méthode s’adresse à tous les fumeurs qui ont décidé d’en finir avec la cigarette et ont eu le déclic, quels que soient la quantité de tabac fumée et le nombre d’années de tabac.

  • La quantité de tabac fumée n’influence pas l’efficacité de la méthode.
  • La méthode est efficace quel que soit le tabac fumé
  • Le nombre d’années de tabagisme influence peu la réussite au sevrage
  • Le succès au sevrage est indépendant de la motivation

Plus d’explications

  • Action sur le nerf trijumeau :
  • Le point Chiapi permet une régulation des organes (cerveau , poumons, estomac) par l’intermédiaire du trijumeau et cette influence est si considérable sur le système nerveux, en coupant le besoin de fumer et en régularisant les processus physiologiques de l’appareil digestif pour empêcher ou faire cesser les mécanismes de boulimie ou de polyphagie consécutifs à l’arrêt du tabac.
  • Action sur le cerveau :
    La puncture du point Chiapi agit sur le thalamus et l’hypothalamus, qui représentent les centres des besoins (faim, soif, sexe) et de la dépendance (alcool, café, tabac, haschich, héroïne et autres…). On comprend alors que leur stimulation permet de limiter les pulsions alimentaires et la consommation compulsive de tabac.
  • Activation du sympathique endonasal :
    La piqûre à l’extérieur du nez sur la peau permet de stimuler indirectement la muqueuse nasale sous-jacente, et qui est l’objet d’une innervation riche du système sympathique. La puncture de Chiapi revient à stimuler de façon indirecte mais efficace la zone endonasale, les plexus cardiaques, pulmonaires et solaires. Autrement dit, elle permet d’obtenir une action sur les poumons et leur désintoxication, le cœur et les vaisseaux et leur récupération, le pancréas et la régulation de l’appétit.
  • Action sur le nerf olfactif :
    La stimulation du point Chiapi par l’acupuncture entraîne la stimulation mécanique et indirecte du nerf olfactif. Le nerf olfactif aboutit au centre du cerveau : le mésencéphale qui est en relation avec les émotions, l’affectivité mais aussi les dépendances aux drogues et notamment la nicotine. Les relations à l’affectif et l’émotif expliquent pourquoi l’odeur ou le goût puisse rappeler la petite enfance. La puncture de Chiapi, selon toute vraisemblance, agit sur cette zone comme un interrupteur par le phénomène du tout ou rien qui coupe de façon spontanée la dépendance à la nicotine.
  • Une action sur la libido :
    Localement, le point Chiapi est aussi utilisé contre les rhinites (inflammation de la muqueuse nasale), les sinusites et pour déboucher le nez (sensation fréquente chez les fumeurs).
    Cette « libération » du nez n’est pas aussi banale qu’elle peut le laisser croire car elle intervient lors de deux processus essentiels : l’éveil de a libido et la bonne santé des poumons.

Conclusions

Grâce à une séance voire deux à trois maximum, vous pourrez être libéré de cette addiction qui vous gâche la vie, vous pourrez retrouver vos sensations et votre santé, cela vaut la peine de tester !